Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 05:25

http://outlawvern.com/posters/double_impact_1991.jpgPetit Van Damme deviendra grand. C’est ce qu’on aurait pu croire dans les années 80 où le brave Jean Claude (nos parents avaient JC Duce des Bronzés, nous on a eu le JC bronzé directement) tuait des bandits à tour de bras dans le but avoué de piquer la place à ses grands frères ricains du moment, Schwarzy et Sly.

 

On découvrit le petit père dans un rôle de méchant peu transcendant mais dont la présence à grands renforts de grands écarts (doivent faire des jeans spéciaux pour ce gars là, moi j’ai essayé, j’ai juste récolté un claquage et un pantalon de moins pour trois foutages de gueule… quand on est jeune…), à savoir Black Eagle (qui continue d’être vendu aujourd’hui par Métropolitan uniquement pour la présence du belge dans le générique) puis s’en sont suivis Bloodsport (le premier, pas celui avec le Cody crétin de Notre belle famille qui passa plus de temps à l’époque à dérouiller sa bonne femme que les méchants du film…à moins que cette dernière, possédée par l’esprit d’entreprise n’ai voulu que soutenir son Sacha de mari ?) ou comment se débarrasser d’un sumotori aussi facilement que d’un playmobil (le perso du sumo a d’ailleurs du marquer JCVD puisqu’on retrouve son petit frère dans le cheap Grand tournoi), Coups pour coups, Full contact (qui permit de faire des blagues débiles du genre comment Van Dame démarre sa voiture ? … ça sent la cour de récré, là) avant de passer à la vitesse hollywoodienne de croisière avec l’excellent Timecop, le correct Chasse à l’homme et les nanars Cavale sans issue ou bien encore Danger Immediat dans lequel JCVD s’attaque à un bad guy déguisé en poulet . On passera sur Replicant (pas trop mal) et autres Légionnaire (ou le mariage improbable entre Piaf et le roi déchu de la castagne).


Depuis, Van Damme (qu’un astucieux critique a surnommé Vent d’âme) a une carrière sporadique alternant les séries z et les caméos sympas dans des séries TV. Je pense bien sûr au surprenant épisode de Las Vegas où il décède dans des circonstances semi-comiques (faut voir le culte sur les photos tailles humaines par la suite et le message style SPA : aucun Van Damme n’a été blessé lors de ce tournage.) (Note perso : les contrats doivent être juteux pour ce genre d’apparitions puisque Stallone en a aussi profité, dans la même série d’ailleurs).

Mais entrons dans le vif du sujet (il est plus que temps visiblement.) Double Impact est lehttp://www.vandamme.ru/photos/movies/double_impact/double_impact49.jpg genre de petit film à petit budget où l’on retrouve une équipe plus que familière dans les JCVD movies , à savoir le gars aux yeux exorbités qui lui sert d’oncle et qui, quelque soit le film, se retrouve vétéran du VietNam (excepté peut être dans le Bronco Billy d’Eastwood, ôde au western et à l’humanité), le méchant japonais plus baraqué que le plus baraqué des occidentaux (en alternance avec celui de Bloodsport d’ailleurs, voir Kickboxer et consort)…

L’action se déroule à Hong Kong. Un tunnel a été construit en association avec deux Ricains et quelques hommes d’affaires du coin. Une fois le tout finalisé, le premier ricain se débarrasse du deuxième et de sa femme mais oublie de liquider les jumeaux de 6 mois (qui ne pleurent pas ou presque lors de la fusillade) . Le premier est récupéré par une nurse qui le confie à un orphelinat, le second échoue dans les bras du garde du corps, ancien GI au Vietnam (vous suivez toujours) qui avec un simple flingue a dézingué huit à neuf japs armés jusqu’aux dents, en a aveuglé un autre et malgré une bastos pris dans l’épaule - par la faute du dit borgne dont la gueule est pleine de sang et qui vise à travers une vitre de bagnole brisé et au milieu des flammes - parvient malgré tout à s’enfuir à travers les quelques arbres de la propriété tout en identifiant le ripoux américain qui a bien sûr trouvé sympathoche de venir voir comment se déroulait les opérations.


On le voit ensuite quelques heures plus tard, droit comme un I avec un simple bandage s’enfuir en pagode avec le dit môme qui bronche à peine, sûr que ce devait être trooop duuuuuuuuur de retrouver un amerloque blessé avec un mioche blond dans les bras dans un pays rempli de japs… Mais bon, il a fait la guerre contre eux, alors il les connaît.


http://www.vandamme.ru/photos/movies/double_impact/double_impact41.jpgDirection une génération plus tard ou bien sûr le premier récupéré par la japonaise a mal tourné (cheveux gominés, cigare au bec, fringues en cuir et blondasse à forte poitrine comme copine, occidentale bien sûr et avec un accent de raclage de gorge qui fait viril sans omettre des regards proches de ceux d’un vieux texan multi milliardaire mais paraplégique qui ferait de l’œil à une minette en croyant l’impressionner par son fric) et ou le second est prof de danse et de karaté (accessoirement).


S’en suit la découverte du jumeau et une histoire de vengeance basée sur la volonté de venger parents et de récupérer fortune (pitch disparaissant en cours de route pour une succession d’effets pyrotechniques et de bastons-bastos bourrés de clichés).


Au passage toute ressemblance avec un film méconnu et antérieur de Jacky Chan au titre révélateur et assumé de Twin dragons n’est pas fortuite (sauf que les enjeux US ont disparu et que l’un des jumeaux est chef d’orchestre) (cette galette est réalisée par Tsui Hark et Ringo Lam et disponible dans toutes les bonnes épiceries).

Pour faire court en une phrase, donc : une bonne petite série B des familles!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ivenpast - dans Ciné Micro
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Ivenpast
  • Le blog de Ivenpast
  • : Je propose différentes critiques et avis sur des produits de l'univers culturel (livres, bd, comics, mangas, cinéma et autre dvd/Bluray).
  • Contact

Recherche