Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 05:20

http://pimpf.free.fr/xmovie/Affiche.jpgX Men premier du nom … ou comment réussir la gageure de mettre en scène un bon métrage tout en recyclant 40 ans et plus de matériel de base et le tout, sans réussir à trahir le travail de Cokrum, Lee et autre Michelinie ? Tapez 36 15 Bryan Singer.

Mais il ne faut pourtant pas s’enthousiasmer trop vite. Il est vrai que notre scooby gang mutant préféré s’en sort ici beaucoup mieux que par la suite, grâce, évidemment, à un nombre de personnage important mais maîtrisé, grâce aussi à la présence de deux chefs d’équipe charismatiques (car habitués à des rôles dans des films fantastiques et surtout grâce à une formation shakespearienne dans les règles. Au passage, notons avec amusement que l’english, ça conserve (sauf pour le Johnny du même nom qui n’est qu’une casserole de plus pour Atkinson (humour lourd mais immanquable) : Plummer, McKellen et Stewart n’ont- pas pris une ride ou presque en 30 ans ! Regardez les respectivement dans Dreamscape (bon, d’accord 20 ans d’âge), le Shadow et Last Action hero (je deviens redondant mais j’aime ces deux films qui ne se prennent pas au sérieux tout en respectant le cinéphage de base) et enfin Dune ou Sacré Robin des bois ou Stewart, décidément attaché à Sherwood (cf. son caméo final et un épisode sympathique de la Nouvelle Génération), reste le même.) Enfin bref.

Tout commence donc ici avec les méchants préférés du grand - (Shindler, The Great Escape, Quand les aigles attaquent (Harry contre les nazis !) Soldat Ryan et autre Mission évasion (d’accord il est pas terrible mais faut croire que même pour nous faire avaler la prestation lamentable digne des meilleurs Razzie de deux acteurs tout de même meilleurs que ça d’habitude mais ayant aussi, ce ne sont que des hommes, besoin de payer leurs impôts, les studios sont prêts à tout) - et du petit écran - (Rescapés de Sobibor, Holocauste , les Jean Moulin de France 2 et TF1, Nuremberg, Hitler ou la naissance du mal et soyons fous, quitte à ce que certains affirment plus bas que cette série est de la merde, dans un épisode de Loïs et Clark basé sur la cryogénie made in Germany), j’ai nommé les Nazis.

Dans le comics, il est clairement établi que la mutation intervient généralement vers http://www.newemotion.it/img/prodotti/entertainment/entertainment441g_1.jpgl’adolescence, suite à un évènement le plus souvent traumatisant. Il y a bien sûr des exceptions, tels le Fauve qui est issu des erreurs de son scientifique de pôpa ou bien encore le rubicond Fléau et son bijou de Cyttorak (désolé pour l’orthographe) (→ Pour les incrédules ou les fans de la nouvelle heure, je vous conseille d’écumer les brocantes, armés d’un porte monnaie rembourré à l’adamantium, tellement il vous faudra de petites piécettes pour trouver les numéros de Strange spécial origine et de Spidey où ces faits sont relatés). Faut reconnaître qu’avec Magnéto, les auteurs n’ont pas lésiné. Et c’est là que le problème apparaît en filigrane, avant même le générique (plus pompeux que ça tu meures, et il aura fallu trois films pour qu’Avi Arad, fils spirituel de Papy Silver pour ce qui est de tuer ou de réussir les productions Marvel, comprenne que 1. c’était trop long et que 2. des intros d’ouvertures comme celles de Spiderman II sont quand même beaucoup plus réussies.).

Pourquoi tous les films de super-héros doivent ils se perdrent dans d’interminables scènes d’expositions ? Je sais bien qu’une partie du public (surtout les plus jeunes) ne savent pas à qui ils ont affaire la plupart du temps, ce qui fait que ceux de ma génération, qui ont ingurgité de la kryptonite de toutes les couleurs au biberon, s’emmerdent clairement pendant cette première demi heure. Si cela passe pour un Spiderman 1 (qui ne pourrait se construire sans le fameux laïus de l’Oncle Ben sur les pouvoirs et les responsabilités qu’ils engendrent) où on voit avec un certain plaisir, ne le nions pas, un rescapé de Pleasantville régler son compte au caïd du Lycée (qui paradoxalement, deviendra l’un des plus fervents fans du tisseurs dans la bd), cela reste en travers du gorgeon pour des films comme X-men.

Magnéto, Dents de Sabre / Wolvy, Grey / Xavier, Wolvy tout seul, Malicia, Iceberg…. C’est autant de scènes de présentation qui s’enchaînent. Alors oui, cela fait gagner du temps pour les prochains opus (salvateur pour l’entrée mémorable de Diablo dans le second volet, acceptable pour Brett « Rush » Ratner actuellement….) , mais cela force à attendre une seconde partie qui ne démarre vraiment que lorsque Magnéto s’amuse à Luna Park en jouant au manège avec des flics désabusés.

Et là, enfin, c’est le bonheur ! Les 45 minutes qui restent sont une brillante démonstration de j’te récupère mes conneries et j’avance à grands pas avec une maestria que tout le monde me reconnaît depuis Usual Suspect. Les scènes d’actions sont alors brillamment tournées, certains plans sont comparables à des vignettes de bandes dessinées (travers poussé à l’extrême, mais assumé par Del Toro pour son Blade II) tel celui de la statue de la liberté avec Dents de sabre balançant Logan dans le vide et celui-ci se récupérant magistralement (L’agent Smith aurait du regarder ce film : moins tape à l’œil et plus de classe). Et les méandres laborieux du scénario s’enchaînent sans temps morts (passons sur le vocabulaire volontairement cour de récré asséné par Cyke / Wolvy).

http://www.feoamante.com/Movies/XYZ/XMen/WnM.jpgEt on assiste baba à la lutte des gentils contre les méchants jusqu’à la victoire finale et le magnéto enfermé dans une cage en plastique (un peu idiot, cf. avis sur second opus dans première partie de ce top).


Finalement, on se dit qu’il est bien brave ce petit Bryan. Juste pour conclure, dommage quand même que la fin d’X-Men ressemble plus aux albums de Martine dans le concept qu’aux cases du duo Claremont – Byrne. (Bah oui, z’aviez pas remarqué, en fait, on a en vrac : Logan au Bar, Logan en voyage, Logan fait de la moto, Logan prend le train, Logan se fait des amis, Il faut aider le soldat Logan, Logan sous la pluie, Logan visite la statue de la liberté, Independant Logan…. Avec Cyclope dans le rôle du caniche, ça marche bien, en fait !).

Pour les fans, à voir et revoir (mais sans l’horrible fonction du behind the scene de l’édition 1.5 qui vous transforme un film sympa et bourrin sur la fin de 100 mn en une interminable berceuse de près de 3 h !), pour les autres, … à voir quand même.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ivenpast - dans Ciné Micro
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Ivenpast
  • Le blog de Ivenpast
  • : Je propose différentes critiques et avis sur des produits de l'univers culturel (livres, bd, comics, mangas, cinéma et autre dvd/Bluray).
  • Contact

Recherche