Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 16:45

Le genre western tombe un peu en désuétude de nos jours. Il a eu sa période de gloire (John Wayne et consort) puis son revival (Impitoyable) acclamé avant de disparaître progressivement de nos écrans.

 

D’aucuns citeront un relais porté par la télévision avec la série Deadwood …. Encore qu’avec une troisième saison inutile, ce ne soit pas forcément un show que je recommanderais malgré d’excellentes idées et un casting d’acteurs au diapason.

 

Il arrive parfois qu’un vieux briscard à la Ed Harris nous sorte un Sherif Jackson aussi agréable qu’inattendu mais dans l’ensemble, l’amateur de bourrins et de valeurs masculines tant primales que primaires peut s’asseoir sur sa selle et attendre en vain un métrage qui motive Rossinante.

 

On citera quand même la mini série Hatfields & McCoys qui peut être un bon compromis entre les deux ou le True Grit des frères Cohen (déjà un remake d’un John Wayne, pour boucler la boucle) avec un Jeff Bridges hallucinant.

 

Et parmi tous ces titres a été produit Seraphim Falls. Peu médiatisé, peu diffusé et ce malgré un bon duo d’acteurs plus que bankables à l’époque (et encore aujourd’hui, bien que l’un et l’autre aient depuis entamé leur chant du cygne) et sur lesquels repose cette production.

 

Le scénario est simple et efficace. Liam Neeson, crépusculaire, traque Pierce Brosnan pour des raisons que je passerais volontairement sous silence. La bonne idée est de plonger le spectateur directement dans l’action. Pas de leitmotiv défini, une poursuite directement brutale sans que l’on sache de prime abord qui est le bon du méchant. Pas de concession ni de l’un ni de l’autre. On en apprendra un peu plus sur les deux protagonistes au cours du film via quelques flashbacks bien choisi, appuyés par un montage qui n’a de cesse d’opposé les deux individus via des réactions parallèles malgré ce qui les séparent.

 

La traque occupe 80% du métrage et reste solidement filmée. La mise en abîme et le jeu de miroirs des motivations qui s’imbriquent sur un fond de guerre anecdotique renforce l’intérêt croissant tantôt pour l’un, tantôt pour l’autre, nous permettant d’adhérer à leur motivation sans faille.

 

Autre avantage, les évènements ont tendance à déshumaniser ces deux êtres mais ils savent faire preuve de justice et de bienveillance. Ils ne tuent que par contrainte et ne prennent aucun plaisir à jouer les agents de morts.

 

La dernière partie se résume en un affrontement allant à l’essentiel et ponctuée par la méphistophélétique Angelica Huston, magnifique et délicieuse dans un rôle qui hélas marque une fin qui se perd complètement dans le néant.

 

Toute la tension retombe, le climax est réglé maladroitement, à se demander si on n’a pas changé de réalisateur et de scénariste en cours de route tant tous les efforts qui ont conduit à cet instant semblent alors vains.

 

Ce final tranche avec le côté réaliste sans pour autant tomber dans le délire mystique d’un Blueberry à la Kounen (heureusement). Les deux destinés sacrifiées se confrontent pour une ultime décision finalement aussi attendue qu’illogique au regard de ce qu’on traversé les deux acteurs.

 

Le dernier plan est superbe, allégorie d’une vacuité de l’existence qui perdure aujourd’hui.

 

Le blu-ray anglais (inutile d’espérer une sortie chez TF1 vidéo chez nous) possède une piste vosta assez abrupte. Quelques fautes de transcription à noter et surtout l’emploi de locutions courantes contractées qui peuvent être handicapantes mais on s’y fait assez rapidement. Mon niveau d’anglais est correct, mais j’ai pu m’en sortir quand même, les images étant souvent plus parlantes.

 

Côté technique, l’image est belle, supérieure au rendu d’un dvd, mais en dessous des possibilités du standard. La définition est trop douce et les noirs un peu bruités. La psite DTS-MA 5.1 assure le job et impose de suite l’ambiance, surtout lors de la scène d’ouverture ou des flashbacks.

 

Bref, Seraphim Falls, à l’image du murmure de Neeson lorsqu’il en évoque les évènements à mots couverts, reste une bonne expérience malgré une fin …. étrange.

 

 

Repost 0
Published by Ivenpast - dans [Ciné Express]
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Ivenpast
  • Le blog de Ivenpast
  • : Je propose différentes critiques et avis sur des produits de l'univers culturel (livres, bd, comics, mangas, cinéma et autre dvd/Bluray).
  • Contact

Recherche